Couverts végétaux

Qui sème des graines, récolte du carbone ! 

Septembre, le mois des vendanges… et des semis ! sitôt vendangé, sitôt semé, c’est la période idéale pour l’installation de vos couverts végétaux (enherbement ou engrais vert) qui vont pouvoir profiter des précipitations hivernales et de l’absence de passage d’engins dans les rangs pour s’enraciner et se développer au printemps suivant.

Un couvert végétal est un ensemble de végétaux (semés ou non), qui est mis en place temporairement ou de manière pérenne sur une parcelle.

L’utilisation de couverts végétaux semés sur parcelle en place peut avoir plusieurs finalités : régulation de la vigueur de la parcelle, portance ou décompaction des sols, maitrise des adventices, valorisation de la biodiversité locale, amélioration du fonctionnement de la vie microbienne des sols. Les couverts végétaux trouvent également leur utilité sur des parcelles en jachère.  

Le plus important est de définir un objectif principal au couvert, qui guidera alors le choix des espèces qui le composent. Il n’existe pas de mélange parfait ou passe-partout : les caractéristiques de la parcelle (sol, climat, relief, techniques culturales) doivent aussi être pris en compte lors de la composition du mélange. 

Mélange d’avoine, vesce et féverole

Au-delà de l’impact agronomique et viticole de cette pratique, instaurer un couvert végétal a une incidence sur la préservation de l’environnement car il contribue au stockage de carbone, il enrichit les sols en matière organique fraiche et il peut s’inclure parfaitement dans une stratégie de fertilisation (apport d’azote en fonction des espèces utilisées). Donc, à l’heure de l’agri-bashing, il faut voir l’utilisation des couverts végétaux comme une stratégie à moyen et long termes pour lutter contre le changement climatique et pour pallier aux contraintes culturales propres à la parcelle.

La communauté scientifique s’intéresse de près à ce sujet, et de nombreux essais sont en cours pour quantifier les bénéfices et les contraintes de cette technique, qui est surtout utilisée en grandes cultures avec d’autres objectifs principaux (rétention des éléments minéraux pour limiter la pollution des nappes phréatiques) que ceux de la filière viticole.  Depuis 2018, Florence a rejoint l’équipe de RVS Consultants Viticoles et travaille sur cette thématique agro-écologique en mettant en place des essais autour de l’enherbement et des engrais verts dans les parcelles. Les premiers résultats seront disponibles à l’automne 2021. 

Pour plus de renseignements: f.levigne@consultants-viticoles.fr

Laisser un commentaire