Bilan de la campagne 2018

Les informations qui suivent constituent un bilan des observations faites lors de suivis phytosanitaires uniquement chez nos clients. Il peut donc ne pas être représentatif de l’ensemble du vignoble bordelais et différer quelque peu, de bilans réalisés par d’autres organismes.

Météo :

L’hiver est marqué par des mois de décembre et janvier particulièrement pluvieux par rapport aux normales (respectivement +70 et +40% de précipitations) avec des températures fraîches en fin d’année 2017 puis très douces en janvier. Le mois de février est lui sec (-30% de précipitations par rapport aux normales) et froid (-2,4°C), ceci avant un début de printemps à nouveau très pluvieux (+60% de pluies en mars).

Avril est doux et proche des normales concernant les précipitations. Le reste de la saison est relativement doux et sec bien qu’impacté par des hygrométries importantes quasi-quotidiennes.

L’été se prolonge par un mois de juillet bien arrosé, notamment par de forts orages. La sécheresse va ensuite s’installer jusqu’à la récolte, permettant ainsi des vendanges optimisées et bien étalées.
graph1

graph2

Phénologie / physiologie :

-03/04 : La plupart des parcelles sont au stade B « bourgeon dans le coton » mais les stades C « pointe verte » voire D « sortie des feuilles » sont parfois observés sur les zones les plus précoces.

-13/04 :  Stades C et D généralisés. Quelques Merlots et même Petits Verdots atteignent le stade E « 2 à 3 feuilles étalées ». Semblable à la phénologie de 2017.

-23/04 : Pousse hétérogène avec quelques Cabernets Sauvignons encore au stade « bourgeon dans le coton » tandis que de nombreux Merlots et Cabernets Francs ont 3-4 feuilles étalées voire des grappes visibles (en 2017 et à la même date, des grappes séparées étaient observées).

-30/04 : Stade F « grappes visibles » généralisé sauf sur Cabernets Sauvignons. Quelques rares grappes séparées.

-07/05 : Stade G « grappes séparées » largement observé.

-14/05 : Généralisation du stade H « boutons floraux agglomérés » sur Merlots et Cabernets Francs (phénologie semblable à celle de 2017 sur secteurs non gelés). Seuls quelques Cabernets Sauvignons ou parcelles taillées tardivement sont encore aux stades E-F.

-22/05 : Stades H « boutons floraux agglomérés » voire « boutons floraux séparés ». Du retard pris par rapport à 2017 (hors gel). En effet, la floraison était alors bien entamée.

-28/05 : Toutes premières fleurs sur Merlots mais aussi sur Cabernets Sauvignons. Phénologie plutôt moyenne et proche des millésimes 2009, 2012, 2015 et 2016. En retard par rapport à 2011 et 2017 qui étaient des années assez précoces.

-04/06 : Pleine floraison. Les parcelles les plus précoces la terminent tandis que les plus tardives ne l’ont pas encore débutée.

-11/06 : La floraison se termine sur la plupart des secteurs. Des grappes nouées sont régulièrement observées sur les secteurs précoces.

-18/06 : La quasi-totalité du vignoble a désormais atteint le stade « nouaison ». De nombreuses baies sont au stade « grain de poivre » et il n’est pas rare dans noter au stade « petit pois ».

-25/06 : Les stades « nouaison grains de poivre » (Cabernets Sauvignons, cépages blancs) et « nouaison petits pois » (Merlots, Cabernets Francs) sont majoritaires.

-02/07 : La majeure partie du vignoble est au stade « nouaison petits pois » et de nombreuses grappes entament leur fermeture. En raison des mauvaises conditions météo au moment de la fleur, la coulure est notable et touche même des cépages habituellement peu sensibles.

-09/07 : La fermeture de grappe est bien entamée voire se termine sur les secteurs les plus précoces.

-16/07 : La fermeture de grappe est généralisée.

-23/07 : On remarque les premières baies vérées sur blancs mais aussi sur Merlots et Malbecs. Mêmes bases phénologiques que 2014 et 2016 (millésime plutôt moyen voire légèrement tardif), avec deux semaines de retard sur 2011 et 2017, une semaine de retard sur 2015 mais une semaine d’avance sur 2009 et 2012.

-30/07 : La majorité des parcelles est encore au stade « fermeture de grappe ». La véraison avance lentement.

-06/08 : Les conditions météo du moment ont permis une bonne avancée de la véraison. Beaucoup de blancs la terminent, la plupart des Merlots et Malbecs approchent la mi véraison et les Cabernets ou Petits Verdots les plus tardifs la débutent à peine. On remarque des hétérogénéités en inter comme en intra parcellaire parfois importantes, probablement dues à la floraison étalée.

-13/08 : Véraison désormais bien avancée dans la plupart des cas. Les Cabernets Francs et Petits Verdots les plus tardifs sont encore à fermeture.

Les vendanges ont été plutôt tardives et très étalées (de fin août à fin octobre). Les très bonnes conditions météo et la faible présence de botrytis ont permis d’optimiser les maturités.

Pression parasitaire :

Mildiou

La toute première contamination calculée par notre modèle est plutôt précoce puisqu’elle date du 10/04 (en 2017, elle avait été calculée au 01/05). Fin avril, l’ensemble du vignoble a atteint le stade de réceptivité et des contaminations sont alors calculées sur toutes les stations météorologiques.

Les premières taches sporulantes sont observées sur jeunes Merlots début mai et deviennent rapidement régulières.

Dès fin mai, du rot-gris ainsi que du mildiou sur rameaux sont observés et révèlent une pression importante. A cette même période (week-end du 26/05), de violents orages de grêle ont engendré des sorties importantes début juin avec présence régulière de rot-gris et des attaques parfois directes sur grappes.

Sur le mois de juin et notamment la deuxième quinzaine, la pluviométrie est moins élevée mais une forte hygrométrie entraine des contaminations quasi-quotidiennes. Fin juin, on observe des foyers conséquents aussi bien sur feuilles que sur grappes et du rot-brun est visible. La pression est alors importante mais de nombreuses propriétés ont encore un état sanitaire irréprochable.

Ce sont les orages des 01 et 04/07 (bien plus pluvieux que ce qui était annoncé) qui vont généraliser les attaques à l’ensemble du vignoble. Suite à ces épisodes, des sorties de taches très importantes ont lieu mi-juillet. Les symptômes sont principalement localisés sur les hauts de feuillages.

A partir du 20/07, le rot-brun issu de ces mêmes contaminations apparait. Les taux d’attaques, sous ces seuls orages, peuvent être très élevés…

Jusqu’à fin juillet, des repiquages et de nouvelles sorties de rot-brun auront lieu.

Le temps plus sec et l’absence d’humidités matinales sur le mois d’août ont permis à la majorité des symptômes de sécher et stabiliser les dégâts. Nombre de propriétés en Gironde ont pu voir leur récolte gravement atteinte, notamment en Merlot, qui est apparu nettement plus touché.

Le graphique ci-dessous illustre un exemple de modélisation mildiou. On y trouve les précipitations et températures moyennes pour l’une de nos stations de référence. En fonction de ces données climatiques, sont calculées les dates théoriques de germination des oospores de mildiou. Puis, en fonction d’autres facteurs comme le stade physiologique de la plante, on détermine si la germination a entrainé une contamination (points gris sur le graphique) ou non (points noirs sur le graphique). Pour chaque contamination est calculée une sortie théorique de foyers (points violets).

 

 
graph3

Black-rot

Fin avril, en raison des températures élevées et des orages du moment, des contaminations sont calculées par notre modèle sur toutes les stations.

Dès la seconde semaine de mai, des symptômes sont observés et, fin mai, des tâches avec pycnides sont régulièrement visibles.

Les conditions climatiques restent alors très favorables à la maladie mais les symptômes sont souvent isolés et modérés.

Fin juillet, nous sont signalées des sorties importantes de foyers sur grappes sur secteur Sauternais. Ces cas resteront très localisés.

Oïdium

Les premières contaminations sont calculées suite aux conditions climatiques dégradées de la fin avril. Puis, les humidités importantes quasi-quotidiennes font que, mi-mai, des contaminations sont calculées sur toutes les stations.

Deuxième quinzaine de mai, les premiers symptômes sont observés.

L’humidité permanente et les températures tempérées de début juin sont très favorables à la maladie.

Fin juillet, quelques foyers sur grappes sont observés mais principalement sur secteurs à fort historique, et très régulièrement sur Merlot vigoureux.

Botrytis

Les conditions climatiques particulièrement dégradées sur la fleur ont été favorables au botrytis.

Mi-juillet, des traces sont régulièrement observées sur baies blessées.

Malgré un Potentiel Réceptivité des Baies (PRB) au Botrytis 2018 moyen par rapport aux dernières années (bien inférieur à 2013), les symptômes avant récolte ont été très peu présents sur ce millésime, notamment grâce à une maturation et à des vendanges marquées par un temps sec.

Vers de grappe

Fin avril, le vol de G1 est généralisé à toute la Gironde. En raison des conditions fraîches et pluvieuses du moment, les captures sont faibles voire nulles. Mi-mai, les premiers œufs sont détectés et le vol se termine à la fin du mois. A cette même période, on observe les premiers glomérules. Rapidement, ils vont être recensés en quantités parfois importantes (jusqu’à 6 par grappe), ce malgré le faible taux de captures. Ils sont présents en zones confusées, à des niveaux moindres.

Début juillet, le vol de G2 est bien enclenché et les captures peuvent être localement élevées. L’hétérogénéité de ce vol est importante selon les secteurs. Peu de pontes observées. Les premières perforations sont détectées un peu avant mi-juillet tandis que le vol se termine. La présence de perforations engendrées par cette G2 est globalement faible à nulle.

Début août, le départ du vol de G3 est confirmé uniquement pour le secteur des Graves. Il ne sera pas généralisé à l’ensemble du Bordelais. Pontes et perforations sont observées en quantités faibles à nulles sauf exceptions localisées.

 
graph4

CONCLUSION

Ce millésime 2018 fut marqué par une pression mildiou particulièrement élevée. Les nombreux épisodes orageux et fortes hygrométries ont entraîné des contaminations quasi-quotidiennes. Les dégâts sont localement très forts, avec des rendements moyens parfois inférieurs à 10hl/ha…

Heureusement, à partir de début août, les conditions climatiques sèches ont permis à la plupart des symptômes de sécher, limitant ainsi l’évolution des dégâts.

Elles ont également permis d’éviter l’installation du Botrytis au moment des vendanges.

Les autres maladies n’ont été des problématiques que secondaires et ont peu marqué ce millésime.

Il en est de même pour le ver de grappe. En effet, la météo, d’abord fraîche et humide puis chaude et sèche, a probablement gêné les vols qui ont été souvent faibles à nuls sur notre réseau, sauf localement (notamment sur Graves et Sauternes).

Côté réglementaire, le cuivre, qui reste à ce jour la seule alternative aux CMR et perturbateurs endocriniens, est concerné par de nouvelles limites de doses. Nous sommes désormais restreints à 28 kg/ha de cuivre métal à étaler sur 7 ans (soit 4kg/ha/an en moyenne). Cette année, certaines exploitations bio ont apporté jusqu’à 6 à 8 kg/ha de cuivre métal. Néanmoins, l’arrivée sur le marché de SDN et l’homologation AB de la Cerevisiane l’an dernier et du Cos-oga cette année pourrait nous permettre de diminuer les quantités de cuivre apportées.

En raisonné, l’association de phosphonates (produits de Biocontrôle) nous a permis de limiter le cuivre à 3 ou 4kg/ha en moyenne pour cette année à forte pression. Avec les programmes raisonnés que nous vous proposons, vous ne devriez donc pas avoir de difficultés à respecter ces nouvelles doses.

La récente loi Egalim met fin aux remises rabais ristournes (dits les 3R) et augmente les RPD (redevance pollution diffuse) des produits phytos (hors produits de Biocontrôle, qui ne sont pas concernés !) y-compris du cuivre, dès janvier 2019. Il sera donc important d’en tenir compte dans les programmes 2019.

 

Joyeuses fêtes à tous.

 

L’équipe Consultants Viticoles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.